Attentat de Strasbourg : « Nous avons pris conscience que personne n’est totalement à l’abri hors de son foyer »

, par  Solène de Larquier

Article paru sur le site de France Bleu www.francebleu.fr le dimanche 8 décembre 2019.

Pour voir l’article sur le site de France Bleu, cliquez https://www.francebleu.fr/infos/societe/attentat-de-strasbourg-un-traumatisme-peut-devenir-chronique-et-se-perpetuer-sur-le-long-terme-1575829124.


Attentat de Strasbourg : « Nous avons pris conscience que personne n’est totalement à l’abri hors de son foyer »


Dimanche 8 décembre 2019 à 22:28, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Un article de Solène de Larquier

Le 11 décembre 2018, l’attentat de Strasbourg a fait cinq morts et une dizaine de blessés. Néanmoins le nombre de personnes impactées par cette attaque est bien plus large. Un an plus tard, nous abordons les possibles impacts à court et long terme avec une chercheuse.

Strasbourg s’apprête à commémorer le premier anniversaire de l’attentat qui a fait cinq morts et une dizaine de blessés le 11 décembre 2018. Un an après, nous évoquons l’impact de ce type d’événement sur la population avec Evelyne Josse, psycho-traumatologue et victimologue, chargée de cours à l’université de Metz.

France Bleu : « Nous sommes un an après l’attentat de Strasbourg, que peut provoquer cette première date anniversaire ? »

Evelyne Josse : "Les commémorations réveillent et attisent inévitablement les souffrances, en particulier pour les personnes touchées de près par l’attentat. Il faut s’attendre à ce qu’elles éprouvent davantage d’anxiété, qu’elles se sentent plus tristes qu’à l’accoutumée, que leur sommeil soit perturbé et que des images liées à l’attentat leur reviennent en mémoire de façon intempestive durant quelques jours.

Malgré ces réactivations douloureuses, ces actes commémoratifs jouent globalement un rôle positif. Pour les victimes et leur entourage, ils offrent un cadre social dans lequel exprimer leur douleur et recevoir les témoignages de soutien de la communauté."

Pour lire la suite de l’article, cliquez sur l’icône pdf en bas de page

Navigation